jeudi 14 février 2008

Graine de philosophe, va!

"... maintenant seulement la montagne de l'avenir humain va enfanter. Dieu est mort : maintenant nous voulons – que vive le Surhomme!" ― Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra


F2 saute à cloche-pied dans la cuisine, débordante de vitalité et de bonne humeur. Comme à son habitude, elle s'extasie tout haut des innombrables et merveilleuses connaissances acquises aujourd'hui, fière d'être aussi savante, heureuse, surtout, de découvrir le monde et la vie.


Rayonnante et tout à son bonheur, elle proclame à haute voix la bonne nouvelle du jour :

―Un jour, on sera TOUSSSS morts! Comme… heu…


heu, qui est mort encore ??? …


(brève pause - ça cogite fort dans cette petite tête à se demander qui, depuis que le monde est monde, a bien pu mourir ; et puis elle me sort : )


Ah oui : Dieu!


….


Maman! C'est qui encore, Dieu???



11 commentaires:

Pierre F. a dit…

Bonjour Encre,

Ahh Dieu...C'est ce qui reste quand on a perdu tout le reste.

Comme des milliers d'autres Québécois, ma génération a délaissé la religion, de sorte que ce sont sur d'autres valeurs que se construit la nouvelle génération. Cà me rend un peu nostalgique.

Renart L'éveillé a dit…

Comme quoi Dieu est un concept grandement enseignable, ça lui enlève beaucoup de mystère, quand même...

Une femme libre a dit…

Pas surprenant que la petite de trois ans d'une maman philosophe s'interroge déjà sur Dieu. Bien que les jeunes enfants en général aient une essence philosophique naturelle si on prend la peine de les écouter.

Solange a dit…

Je serais curieuse d'entendre votre réponse.

Encre a dit…

Pierre, moi qui te croyais idéaliste, là je commence à me poser des questions ;)

Renart, je ne comprends pas bien ce que tu veux dire. Tu fais allusion à une éventuelle réponse à la question finale de F1? Je ne crois pas que ma réponse ait brisé le charme : Dieu c'est une histoire, comme celle de mon Ami Pierrot qui vit dans la lune. Mon Ami Pierrot est plein de mystères, mais il n'est objet de croyances. Idem pour Dieu ;)

Femme libre, je ne sais pas si les enfants sont philosophes, mais je peux te dire que ce sont des comiques de haut niveau. Avec F2, je passe mon temps à aller courir m'enfermer dans les toilettes pour laisser libre cours à mon fou-rire. C'était la même chose avec F1. Des fois, je crains une rupture de la rate ;)

Solange, je suis peut-être une mère sulfureuse ;) je ne sais pas... Enfin, je lui répète ce qu'elle me dit elle-même. Il y a quelques jours, elle m'a demandé si Dieu c'était une histoire, comme Pierrot (... prête-moi ta plume, pour l'amour de Dieu), je lui ait dit "Mais oui!" et elle était ravie de connaître une histoire de plus. Hier je lui ai dit "mais tu viens de me le dire : quelqu'un qui est mort - dans une histoire, bien sûr..." Elle semble avoir été très satisfaite de ces réponses ;)

Renart L'éveillé a dit…

Encre,

à la base, je ne crois pas en Dieu. Je me dis : étant donné que la foi et la compréhension du concept divin sont acquises, donc non innées — puisqu'un enfant doit les apprendre —, prouve la mécanique de la doctrine religieuse qui puise son sens en Dieu, supposément omniprésent. Mais il ne pourrait être omniprésent puisque la compréhension de son concept est a posteriori de l'apprentissage du langage chez l'enfant, et assujettit aux croyances des parents. Il y a un gros trou idéologique que je ne peux que combler que par l'instabilité de l'opinion.

Pour être encore plus clair, je place donc dans cet exemple le mystère en contradiction avec la mécanique (pas celle des automobiles, bien sûr!).

Et ton exemple de « Mon ami Pierrot » est bien représentatif du mystère de Dieu, que l'on peut joindre facilement à la fiction. Qui, par exemple, baserait sa vie sur une oeuvre cinématographique? Voilà l'absurdité de la religion à mon avis. Mais cela ne concerne que moi et mes minoritaires semblables, ç'a l'air...

Caro et cie a dit…

Les enfants adoptent les croyances des parents. Pour ceux qui apprennent à penser, ils sauront s'en discocier si ça leur parait aberrant...

Malheureusement, grandir au sein de dogmes étroits (la religion), diminue la faculté de penser...

Ta fille pense déjà...Wow!!!!;-)

Jo le grand blond a dit…

@ Renart
Hum, je ne suis pas tout à fait en accord avec votre point..:)
@ Encre
Passionnant..Vos billets sont toujours intéressants! Et les réflexions de F2 aussi

Et pour rire un peu...

Nietzsche est mort.
Signé: Dieu

Renart L'éveillé a dit…

Jo le grand blond,

si vous croyez en Dieu c'est tout à fait normal mon cher...

Donc, pas la peine de le souligner trop grandement, ça serait tourner en rond! ;)

Encre a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Encre a dit…

Renart, tu dis : "Qui (...) baserait sa vie sur une oeuvre cinématographique?"

Je crois que c'est en fait notre tentation à tous et que là-dessus du moins, Freud a vu juste. Dieu est moins une faute de raisonnement (même si Hume/Kant et Spinoza me semblent là-dessus indépassables dans leur critique de la causalité et du finalisme) qu'une illusion à laquelle nous sommes émotionnellement attachés dans la mesure où nous sommes tous mortels. Nous souhaitons tous ardemment que ce ne soit le cas, alors nous vivons le déni.

J'avoue que je ne sais pas trop comment m'y prendre avec cette peur de la mort lorsqu'elle surgit chez mes enfants. Je ne veux pas encourager le développement d'attitudes religieuses, mais en même temps j'ai peur d'enlever une espèce de doudou dont ils auraient besoin, "d'objet de transition" psychologiquement nécessaire à cet âge de la vie. Peut-être d'ailleurs en a-t-on "besoin", sous des formes différentes, à tout âge de la vie, je ne sais trop, mais c'est vrai qu'il y a des formes plus dangereuses et plus stériles que d'autres ;)

En tous cas je trouve parfois difficile, en tant que parent, de savoir quelle attitude adopter là-dessus...


Jo, attention, Nietzsche pourrait se retourner dans sa tombe et venir vous hanter ;)