samedi 5 janvier 2008

Pas terminé, mais...





... je publie avant qu'un ratage magistral de dernière minute ne se produise ;)







Je me suis fait un calque et je vais en essayer différentes versions. J'espère bien terminer celle-là demain soir, à tête reposée (i.e. lorsque les enfants sont couchés)

7 commentaires:

Cloudy a dit…

Pourquoi devrait-il y a avoir un ratage d'abord ?!
C'est bô !

Anonyme a dit…

La composition est très jolie, surtout n'en rajoute pas de trop, la difficulté dans la peinture est de savoir s'arrêter à temps!!!!! on a tendance à vouloir en faire de trop et parfois cela brise l'harmonie du départ.
Persévères, c'est très bien, je sens que tu y prend du plaisir!!!!
Tu peux également essayé de varier les effets mouillé sur sec, sec sur mouillé, grattage, estompage etc.....
L'aquarelle est une technique très expressive mais imprevisible. Et c'est l'exploitation de cette caréctéristique qui est à l'origine des plus beaux effets.

Sylvie - la canotière

MadeInHell a dit…

Wow t'as du talent !
pointe d'envie ici :-)

Pierre F. a dit…

Bonjour Encre,

Personnellement, je trouve ta toile "très terminée" et magnifique, mais je sais que c'est à l'artiste de décider quand son oeuvre est vraiment terminée. J'aime l'aspect blanc dépouillé qui met le tout en valeur.

Bravo!

Encre a dit…

Merci à tous, ça m'a vraiment encouragée et stimulée de lire tout cela en me levant.

Cloudy, c'est très facile de rater une aquarelle, la technique est difficile à maîtriser à cause de cet aspect imprévisible dont parle Sylvie. Il faut vraiment savoir maîtriser et bien doser les apports d'eau, savoir estimer l'humidité du papier, et éviter l'effet de boue qui peut facilement se produire lors d'une superposition de lavis mal contrôlée. Même si l'aquarelle donne souvent une impression de fraîche spontanéité, ce n'est pas un type de peinture facile à maîtriser. Il faut jouer beaucoup avec les pigments avant de parvenir à quelque chose. Mais une bonne partie du plaisir réside jsutement là ;)

Sylvie, tu as raison et je sais mal m'arrêter. Je réalise que la clé du succès réside dans une préparation optimale. C'est là où je suis indécise, que je change d'avis etc. que je rate (i.e. je repasse trop sur les lavis et je les gâche). L'imprévisiblité de la dispersion du pigment fait, comme tu le dis, le charme de l'aquarelle, mais pour pouvoir s'y adonner avec plaisir, il faut que tout le reste soit méticuleusement pensé d'avance. Il faut savoir être attentif à la dispersion un peu aléatoire du pigment sur le papier humide et adpater la suite des choses en fonction de la réaction du pigment. C'est comme un travail en duo ou même en trio qu'on entreprend avec le pigment et le papier humide. Ça exige un attitude un peu contemplative qui me plaît vraiment.

J'adore les pigments qui granulent et ceux qui ne teintent pas le papier en profondeur (pour le lifting).

Tu en fais beaucoup?


Madeinhell, pourquoi ne pas essayer, si tu en as envie? Parions que si tu essaies, si auras vite la piqûre ;)

Pierre f. c'était surtout les feuillages que je voulais terminer et la fleur de gauche qui m'agaçait (elle m'agace toujours un peu, mais moins). J'ai également dû poser un lavis vert très pâle sur le premier sur la partie du bas, afin de camoufler une tâche claire mais agaçante sur le blanc du papier. Le lavis a créé un effet plus "fini". Dans la partie supérieure, j'ai tout laissé blanc :)

Anonyme a dit…

Bonsoir Encre,

Un petit coucou pour te souhaiter une bonne soirée, sans piqûre!!!!

grosses bises
A bientôt
la canotière

Encre a dit…

Non, pas de piqûre hier. J'ai appliqué de lavis de gouache (Designer's Gouache). L'intérêt (pour ce que je voulais faire)de la gouache (opacité, lavis uniformes)se paie chèrement: appliquer des lavis de gouache, c'est d'un ennui mortel!