vendredi 5 septembre 2008

L'obsession, c'est une névrose grave?



Obsédée par ce demi-échec (cette demi-réussite) - que je voudrais transformer en réussite totale.

En haut, c'est la première version de mon tableau, chouette mais coïncée sur une petite feuille (ce devait être une simple esquisse).

Voici la version deux où j'ai décidé de renverser le point de vue, de mettre la maison à l'arrière, le phare à l'avant et avec lui, la mer. Je peux donc dire que c'est devenu ma première "marine" :-) Mais le phare est moche.





Réessai sur un papier plus texturé (Fabrinao artistico grain fin) - encore des problèmes avec le phare, mais j'aime bien le traitement de la mer.



Quatrième version, retour un BKF Rives grain fin - le phare est de plus en plus moche, il est peut-être temps que je laisse ça de côté pour un temps. Ma belle-soeur voulait le tableau après avoir vu l'esquisse (tableau 1), je voudrais le réussir à mon goût, mais je piétine. Cela a été fait durant le dernier mois. Pas le temps de m'y remettre pour l'instant, mais ça me démange.


15 commentaires:

Solange a dit…

Moi j'aime bien la première version, mais je ne suis pas dans votre tête je ne sais pas ce que vous recherchez

Encre a dit…

Solange, je suis d'accord avec vous, je serais assez satisfaite de la première version si elle n'était aussi à l'étroit sur une feuille sans bordure - impossible à encadrer sans rogner l'image et si je rogne, tout sera beaucoup trop coïncé.

Et tant qu'à le refaire, je souhaite replacer la maison à l'arrière et le phare en avant, avec la mer. Mais en format panoramique comme sur la première version (je ne sais pas pourquoi j'ai travaillé sur un format carré par la suite). Et puis réussir ce satané phare...

Encre a dit…

Je viens de publier la deuxième version - j'avais mis la troisième en double par erreur.

Pierre F. a dit…

Allo Encre,

Je préfère globalement la version 2avec le phare de la dernière version. Pour moi, la version 2, c'est la brume qui monte de la mer et les bâtiments qui se détachent à l'horizon et ce phare, de la dernière version, je l'aime, parce qu'il éclare de tous ses feux pour rappeler aux marins que la terre n'est pas si loin

Encre a dit…

:-))

Moi aussi, j'aime bien cette brume qui vient de la mer.

Dur-dur de refaire - ça n'a jamais la spontanéité de la première fois. En gros, dans chacune des versions il y a des éléments que j'aime et ce sont à chaque fois, les éléments nouveaux. Ceux repris des versions précédentes sont plus souvent ratés.

Marie-Josée Trudel a dit…

Très jolies tes aquarelles, Encre. J'aime aussi ton moulin publié il y a quelque temps... Bravo! Je suis contente de découvrir ton blog! Merci d'être venue sur le mien...

x x Marie-Josée

Cricri a dit…

Je les aimes tous !! As tu déja pensé à exposer tes oeuvres ? :-)

Encre a dit…

(LOL! rire nerveux-heureux) Merci Cricri, mais je n'en suis pas encore là - je n'ai fait encadrer qu'une seule : pour ma mère! Quand même, ça fait vraiment plaisir de lire ça ;-) :-)) Dix mille becs à toi pour ça :-)) Un jour, ça serait chouette! Maintenant, ça serait mettre la charrue avant les boeufs - prendre des cours avant ;-)

Salut Marie-Josée, j'adore tes cartes!!!

herbert a dit…

Bonjour, Encre.
Je suis obsédé par ton obsession.
Je l'adopte . Tu me fais entrer dans le chemin de ta pensée, avec ce que tu fais.
J'aime cela.
Tu m'aides à décrypter la mienne.
Merci.

Encre a dit…

C'est toujours étonnant comme les vrais moments de communication se produisent souvent à l'insue de ceux qui s'expriment, lorsqu'ils ne s'y attendent pas et malgré eux.
:-))

Ton message, je le reçois avec le sourire de celle qui reçoit un bouquet de fleur alors qu'elle ne s'y attendait pas :-))

Et puis c'est libérateur pour moi - je réalise à quel point ces remises en question périodiques et perpétuelles du genre : "pourquoi publier sur le blog ce que tu peins? C'est pas du pur narcissime puéril, etc. babla" sont à côté de la plaque. C'est en s'exprimant là où il y a du monde que quelque chose comme une communication peut advenir ;-)

Cricri a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Cricri a dit…

Je regrette mais t'as PAS BESOIN DE COURS. :-) J'en ai jamais pris ! Bon mes études sont en graphisme mais la peinture j'ai ça en moi et je l'ai développé seule !

La pire chose que tu puisses faire c'est justement d'aller écouter les conseils d'un artiste professeurs qui, bien malgré lui souvent, t'enseigneras ce que lui croit juste!...et ca fera juste casser ton propre style et te faire dévier de ta spontanéité !

Tu as une expressivité RARE en aquarelle. (crois moi, mon meilleur ami artiste est président de l'association des aquarelistes du Québec)...j'en vois des affaires!...et rare sont ceux qui ont une belle expressivité dans leur travail. L'aquarelle c'est tellement difficile que la majorité des gens qui s'essayent à en faire reste dans la technique qu'ils veulent parfaite et oubli alors de peindre ce qu'ils ont en eux et comme ils sont en eux !....ca fait des tites aquarelles figées qui se ressemblent toutes peut importe qui les peinds !....

Je vais parler à mon ami de ton cas ! ;-)))

Encre a dit…

Merci!!! En fait, un cours, c'était aussi pour moi une façon de sortir de l'isolement, ne plus peindre en solitaire, avoir des contacts / échanges artistiques.

Je ressens vraiment une rage de peindre que je dois assouvrir sur mes heures de sommeil. Je peins entre 10 heures et minuit, ultra fatiguée par la journée que j'ai passé et ces temps-ci, à cause du travail de graphisme que je fais, je ne peux me le permettre que deux ou trois soir par semaine ce qui est très frustrant!!! Mais c'est moins pénible que j'ai vécu le moins passé où je n'ai quasiment pas pu toucher au pinceau ni à la plume ;-)

Je veux vraiment changer ça, parce que même si j'aime bien mon boulot agréable à bien des niveaux, ce n'est vraiment pas un besoin viséral pour moi d'enseigner la philo comme ce l'est d'avoir un pinceau ou une plume en main.

Je me rends compte que d'avoir une demi-tâche d'enseignement rend la vie plus viable mais ne me libère pas suffisammment pour la peinture ou la calligraphie. Je vais donc probablement m'enligner vers des petits contrats de traduction, réécriture et correction, que je peux gérer comme je le désire ou encore prendre quelques années en "sabatique" pour me donner plus à fond à la peinture et à la calli.

C'est très stimulant pour moi de de te lire, j'ai hâte de te rencontrer à l'automne - j'y serai à l'expo à Gatineau :-))

Pur bonheur a dit…

Ça me semble tellement difficile l'aquarelle. Si j'ai bien compris c'est le contrôle total de la goutte d'eau! Vraiment différent de la peinture à l'huile, mais très très beau je trouve. Plus délicat, tout en nuance...

Encre a dit…

"Le contrôle total de la goutte d'eau" : tu lis Jean-Louis Morelle et Ewa Karkinspka??? J'adore ce qu'ils font et j'aime beaucoup les voir travailler, j'adore peindre avec l'eau, c'est vraiment un amour fétichiste du medium. Je fais un peu un mixte de mouillé sur mouillé et de muillé sur sec, mais sans trop me prendre la tête. Tant que je les lisais et tentais d'appliquer ça, j'avais l'impression de me prendre la tête. À la longue, ça vient tout seul, on sait intuitivement quand appliquer la couleur pour produire tel ou tel effet.

L'huile ça a tellement d'éclat, de profondeur et des textures si intéressantes :-)) Mais tu vois, j'aurais du mal avec le temps de séchage, l'infinie patience que requièrent certaines applications...

Y'a des tempéraments, derrière le choix des mediums, et des visions du monde différentes aussi :-))